BD

Publié le par elodie Ker


* " Manager mode d'emploi" tome 2 de Serge Dehaes (éd. Fluide Glacial)

Cet album dresse à coups de strips incisifs et désopilants le portrait d'une entreprise dont le directeur est aussi stupide, veule et incompétent que cynique et impitoyable envers ses employés. Bref on pourrait craindre que ce mode d'emploi ne donne des idées à nos managers. Mais ce n'est pas la peine de s'affoler : ils n'ont pas attendu pour agir en conformité avec ce qui est dit de leur comportement.

+ d'infos sur http://www.fluideglacial.com/


* " Mise en bouche" de Jean-Philippe Peyraud et Philippe Djian (éd. Futuropolis) (et la nouvelle chez Folio éd.)

 "Il"  habite dans une petite zone pavillonnaire. Père célibataire, il élève sa fille Lily. Tous les matins, il la conduit à l’école maternelle locale avec sa voisine, Carole, et ses deux enfants. Carole a du mal à se remettre de la séparation avec son mari. Le narrateur est attiré par elle, mais sorti des histoires d’enfants, la glace a du mal à se briser entre ces deux parents esseulés. Un matin, Carole, le narrateur et les trois enfants arrivent en retard à la maternelle. Ils tombent nez à nez avec une bombe humaine qui a pris les enfants et le personnel de l’école en otages. C’est dans cette ambiance dramatique que les deux voisins vont se parler, jouer au jeu du chat et de la souris… Coincés entre les enfants, la police et le preneur d’otages, les corps se rapprochent, se repoussent, s’attirent…

"Mise en bouche" est une nouvelle de Philippe Djian paru en 2003. À sa lecture, Jean Philippe Peyraud a tout de suite eu envie d’adapter cette fantaisie dramatique en bande dessinée. Quelques années plus tard, contact est pris, et Philippe Djian, qui aime particulièrement ce texte, mais aussi la bande dessinée, et apprécie le travail de Jean Philippe Peyraud, donne immédiatement son accord. Jean Philippe Peyraud adapte la nouvelle en bande dessinée, tandis que Djian peaufine les dialogues.
Un exemple réussi d’adaptation littéraire.

+ d'infos sur
http://www.futuropolis.fr/


* " Mano en Mano" de Emilio Ruiz et Ana Mirallès (éd. Dargaud)

Dans une grande métropole espagnole, un convoyeur de fonds termine son service. Il vient de passer sa journée à surveiller un pactole constitué de milliers de liasses de billets de 20 euros, le temps d’un reportage télévisé sur la crise financière. Or, la première chose qu’il fait, c’est… de tirer de l’argent à un distributeur bancaire. Un billet de 20 euros. Quelle ironie ! Cap sur la pharmacie la plus proche, où il achète une batterie complète de médicaments pour soigner un rhume en puissance. A peine en est-il ressorti, que le billet est remis en circulation : la pharmacienne le rend en monnaie à une petite vieille atteinte de lombalgie. Il est rangé au sein d’un portefeuille, qui fait aussitôt le bonheur d’un pickpocket à un arrêt de bus. Dans un bar, le pickpocket s’en sert pour payer des tickets de loterie… Le vendeur de ticket le rend à un pauvre bougre qui vient noyer sa déception amoureuse dans l’alcool. Ivre de rancœur, il inscrit « Sonia Putain » sur le billet, pour que son mal-être soit circonscrit à jamais, à la postérité. Puis il perd le billet, en proie à son chamboulement intérieur. La journée passe et une femme de ménage le trouve chiffonné au sol, le soir venu. Le lendemain, elle en fait don à un démarcheur caritatif… 

Ce one-shot raconte la vie d'… billet de 20 euros comme une chronique urbaine sociale et philosophique! Brillant !!!

+ d'infos sur 
http://www.dargaud.com/

Commenter cet article